Draft 2022 | Notre Mock Draft 1.0

La Draft 2022 aura lieu le 23 juin Barclays Center. Un retour à la normale pour l’évènement, après des éditions 2020 et 2021 perturbées par la pandémie. Voici donc notre première « Mock Draft », qui tient ainsi compte des dernières tendances, des dernières rumeurs mais également des besoins des équipes.

Un exercice qui avant tout l’occasion de présenter les forces et les faiblesses des principaux prospects.

Le choix : Chet Holmgren
(20 ans)

Après avoir remporté la « lottery » pour la quatrième fois de sa jeune histoire, le Magic peut passer la cinquième vitesse dans son projet de reconstruction avec une sélection réussie. Si l’identité du premier choix de cette Draft 2022 est moins consensuelle que l’an passé, quand la sélection de Cade Cunningham par les Pistons ne souffrait d’aucune discussion, Chet Holmgren semble tout de même le choix le plus logique pour Orlando, quand Adam Silver leur demandera leur verdict le 23 juin prochain.

Comme on l’a déjà évoqué, le longiligne intérieur ne possède probablement pas le plafond le plus élevé en attaque. En revanche, il a le plus grand potentiel de toute la cuvée 2022 en défense. Et en cela, il est très certainement le meilleur joueur disponible en #1. Pas à l’instant T, mais sur le long terme. Chet Holmgren est possiblement le seul joueur de cette Draft 2022 à être élite dans un domaine : la protection de cercle dans son cas.

Encore très frêle physiquement, on l’imagine sur le poste 4 en défense dans un premier temps, associé à Wendell Carter Jr. face aux titulaires adverses. Plus complet que l’ancien de Duke dans ce domaine, notamment grâce à sa capacité à « switcher » sur les écrans, le natif du Minnesota pourra peser sur la défense collective du Magic dans ce contexte, sans trop souffrir de son déficit physique dans la raquette. Bien sûr, le Magic voudra aussi l’utiliser comme pivot pour le rapprocher du cercle et profiter de ses qualités de dissuasion : il pointait tout de même à 3.7 contres par match la saison dernière avec Gonzaga. Mais on imagine plutôt ce cas de figure face aux remplaçants, quand la densité physique des pivots adverses est moins importante.

En attaque, Chet Holmgren pourrait aussi bien évoluer en poste 4 qui étire le jeu, grâce à un tir extérieur prometteur (39% sur 3.3 tirs par match), qu’en poste 5 entouré de quatre extérieurs, grâce à son avantage de taille près du cercle et les potentielles prises à deux dont il pourrait être la cible.

Les alternatives : Jabari Smith Jr.

On l’a dit ci-dessus, la sélection de Chet Holmgren est le choix du potentiel et du plus haut plafond. Mais du point de vue du « fit », la sélection de Jabari Smith Jr. a peut-être davantage de sens, dans cette équipe du Magic qui possède déjà des joueurs talentueux à des postes clés : Markelle Fultz, Jalen Suggs, Cole Anthony et RJ Hampton sur les lignes arrières, Franz Wagner et Chuma Okeke sur les ailes et Wendell Carter Jr. dans la raquette.

Mais le poste 4 est pour l’heure le point faible de ce club, qui trouverait en l’ancien d’Auburn une valeur sûre en attaque, notamment grâce à son tir extérieur déjà très fiable (42% sur 5.5 tentatives par match).

Le choix : Jabari Smith Jr.
(19 ans)

La position du Thunder est plutôt confortable dans cette Draft 2022 : en deuxième position, Sam Presti sélectionnera tout simplement le joueur que le Magic n’aura pas choisi, entre Chet Holmgren et Jabari Smith Jr.

Après avoir axé son recrutement sur des arrières et des ailiers ces dernières années (Shai Gilgeous-Alexander, Josh Giddey, Lu Dort, Aaron Wiggins, Darius Bazley), le Thunder a un besoin urgent sur les postes intérieurs. L’ailier-fort formé à Auburn est donc facile à projeter dans cette jeune équipe athlétique, qui pose depuis plusieurs mois les premières bases de sa reconstruction.

Très adroit de loin, Jabari Smith Jr. apporterait une variation bienvenue à une attaque du Thunder bien souvent amorphe et trop dépendante des exploits de Shai Gilgeous-Alexander sur demi-terrain la saison passée. Redoutable en « catch-and-shoot », on peut facilement l’imaginer dans des situations de « pick-and-pop » ou en sortie d’écran, servi par le Canadien et par Josh Giddey. Son association avec les deux arrières, très bons créateurs à partir du « pick-and-roll », fait saliver d’avance et offrira des options diverses à l’attaque d’Oklahoma City. Si son dribble s’améliore, il peut devenir un créateur pour lui-même à terme, ce qui enlèverait de la pression des épaules de « SGA ».

Défensivement, il va représenter pour Mark Daigneault une option fiable. Il n’est pas vraiment un protecteur de cercle, mais brille en revanche par la rapidité de ses appuis au large. Avec une envergure mesurée à 2m15, il devrait réussir à tenir son rang, même s’il va manquer de puissance physique en début de carrière face à la plupart des ailiers-forts.

Les alternatives : Paolo Banchero, Shaedon Sharpe

Si Sam Presti recherche plutôt un intérieur scoreur près du cercle, alors Paolo Banchero est son homme. L’ancien de Duke n’est pas un tireur d’élite du calibre de Jabari Smith Jr, mais il est largement plus efficace dans la raquette, grâce à un physique plus développé. Sur « pick-and-roll », il représenterait le partenaire idéal pour Shai Gilgeous-Alexander et Josh Giddey et équilibrerait l’attaque du Thunder, très portée vers les joueurs extérieurs.

Si Sam Presti est d’humeur à tenter un pari, on peut aussi considérer la piste Shaedon Sharpe. Le GM du Thunder n’a jamais peur d’une prise de risque, et s’il juge que le Canadien est le meilleur joueur disponible en troisième position, ce que de nombreux observateurs outre-Atlantique s’accordent à penser, alors il n’hésitera pas.

Même si l’arrière n’a pas joué un vrai match depuis plus d’un an…

Le choix : Paolo Banchero
(19 ans)

Dans cette Draft dominée par les intérieurs, Paolo Banchero est bien parti pour être sélectionné en troisième position et prendre la direction de Houston. Un choix absolument logique pour les Rockets, qui l’an passé ont trouvé en Jalen Green la première pierre de leur nouvelle édifice. L’ailier-fort serait le deuxième maillon fort de la reconstruction du club, qui tiendrait alors un bon équilibre entre force de frappe intérieure et extérieure.

Au sein d’une équipe de Houston toujours tournée vers l’attaque, Paolo Banchero serait un très gros atout sur « pick-and-roll », grâce à sa capacité à se créer son tir à mi-distance et son aisance près du cercle. Son association dans la raquette avec Alperen Sengun, bon créateur et passeur, peut faire de Houston une équipe très fun en attaque. À défaut de bien défendre…

Les alternatives : Jabari Smith Jr.

Puisque le choix des Rockets sera directement lié à celui du Magic et du Thunder, il est possible que Jabari Smith Jr. chute jusqu’à la troisième place. Auquel cas le GM de Houston, Rafael Stone, se jettera sur l’occasion de sélectionner le phénomène d’Auburn. Dans un registre différent de Paolo Banchero, le natif de Géorgie apporterait du « spacing » en attaque et de la polyvalence en défense. Deux domaines dans lesquels les Rockets avaient des lacunes importantes l’an passé.

Le choix : Jaden Ivey
(20 ans)

Pas malheureux à la « lottery », puisqu’ils ont fait un bond de la septième à la quatrième position, les Kings sont dans une position intéressante. Avec ce choix, ils inaugurent ce qu’on pourrait appeler la « deuxième Draft », celle qui débute après les sélections des trois intérieurs, attendus sur le podium.

Jaden Ivey semble être le choix le plus évident ici, tout simplement car il est certainement le meilleur joueur disponible à ce stade de la Draft. Après une très bonne saison « sophomore » avec Purdue, le joueur de 20 ans s’est imposé comme le meilleur arrière de la cuvée, et s’invite pour certains observateurs dans la même catégorie que les trois intérieurs attendus avant lui.

À Sacramento, il intégrerait un cinq majeur qui n’a que très peu de certitudes, si ce n’est De’Aaron Fox et Domantas Sabonis. À l’inverse du nouveau duo fort des Kings formé en février, Jaden Ivey défend le plomb et serait ainsi un renfort de poids pour la franchise dans ce domaine.

En attaque, il serait dans une situation idéale, car associé à un porteur de balle principal. Un contexte qui lui permettrait de se concentrer surtout sur le « scoring » et ainsi d’épauler De’Aaron Fox, souvent esseulé et donc démotivé l’an dernier.

Les alternatives : Shaedon Sharpe

À moins d’un choix « surprise » ou d’un transfert, il semble acquis que les Kings vont sélectionner Jaden Ivey ou Shaedon Sharpe avec ce quatrième choix. Le besoin urgent de talent offensif est trop important dans cette franchise pour qu’elle fasse l’impasse sur l’un des deux arrières.

Si Jaden Ivey représente le choix de la sécurité, celui de Shaedon Sharpe représente celui du risque. Mais un risque qui peut être payant. Car le joueur éphémère de Kentucky est un talent intrinsèque immense, peut-être le plus grand de cette Draft 2022. Il est ce mystère intrigant, ce risque vers lequel on ne peut s’empêcher d’être attiré.

Le choix : Keegan Murray
(21 ans)

On fait le choix de penser que Detroit va sélectionner Keegan Murray avec ce cinquième choix, même si Shaedon Sharpe est disponible. On se demande si à ce stade si précoce de leur reconstruction, les Pistons peuvent se permettre de miser sur le potentiel plutôt que sur des certitudes ?

Car si le plafond de Keegan Murray est moins élevé que d’autres joueurs qui seront sélectionnés après lui, dont Sharpe, il apporte des certitudes rassurantes, observées durant une excellente saison « sophomore » avec Iowa. Son jeu à plusieurs facettes, pas « flashy » mais constant et fiable, élèvera aisément le niveau plancher des Pistons.

En poste 3 ou 4, en sortie de banc ou dans le cinq majeur, il sera ce « glue-guy » qui va faire beaucoup de bonnes choses sans faire de bruit. Aux côtés d’un créateur de grand talent comme Cade Cunningham, il sera sublimé.

Les alternatives : Shaedon Sharpe

Shaedon Sharpe est bien sûr l’autre option évidente pour les Pistons avec ce cinquième choix. Joueur au talent aussi immense que le mystère qui l’entoure, l’arrière formerait avec Cade Cunningham un des duos les plus excitants et électrisants de toute la ligue. L’un est un créateur autour duquel une équipe peut se construire, l’autre est un scoreur professionnel, dont le tir est déjà calibré pour faire des dégâts en NBA.

La tentation sera certainement très grande pour les Pistons, même si les interrogations subsistent chez Shaedon Sharpe.

Le choix : Shaedon Sharpe
(19 ans)

Après avoir posé les toutes premières bases de leur reconstruction en récupérant le très bon Tyrese Haliburton durant la saison, les Pacers peuvent compléter leur traction arrière avec Shaedon Sharpe. Il est sans le moindre doute le meilleur joueur disponible en sixième position, et ses qualités de scoreur à gros volume sont complémentaires avec le profil de créateur sur « pick-and-roll » de l’ancien meneur des Kings.

Les présences de Malcolm Brogdon et Chris Duarte sur le même poste ne devraient pas influencer le choix des Pacers. En sixième position, il faut choisir le meilleur joueur disponible, indépendamment du poste, et bricoler ensuite. En particulier quand ce joueur en question a le potentiel de Shaedon Sharpe. Surtout que le premier est très probablement amené à être transféré, et que le second peut évoluer soit en sortie de banc, soit sur l’aile dans le cinq majeur.

Par ailleurs, le contexte des Pacers est intéressant pour Shaedon Sharpe, car la franchise est dans l’ensemble assez peu médiatisée. C’est une aubaine pour un joueur qui n’a pas joué l’an passé, qui inquiète autant qu’il fascine et qui pourrait, dans l’Indiana, débuter tranquillement sa carrière alors que les attentes autour de lui seront grandes.

Les alternatives : Keegan Murray, AJ Griffin

Si les Pistons, en cinquième position, sélectionnent Shaedon Sharpe, alors les Pacers jetteront certainement leur dévolu sur Keegan Murray ou AJ Griffin. Les deux ailiers ne présentent pas le même profil mais seraient tous les deux des recrues intéressantes pour Rick Carlisle. Le premier est plutôt un col-bleu utile un peu partout, quand le second brille surtout par la qualité de son tir extérieur en « catch-and-shoot ».

#7 PORTLAND TRAIL BLAZERS

Le choix : AJ Griffin
(18 ans)

Puisque les Blazers croient dur comme fer en l’association Damian Lillard – Anfernee Simons pour retrouver les playoffs, on les imagine bien chercher du renfort à l’aile avec ce septième choix. Avec son profil de « sniper » qui n’a pas besoin du ballon dans les mains pour exister, AJ Griffin semble être le candidat tout désigné pour atterrir dans l’Oregon.

Très adroit derrière l’arc (44.7% sur 4.1 tentatives), solide en défense, il incarne ce potentiel « 3&D » dont les Blazers ont besoin pour relancer Damian Lillard et sa troupe. Associé à la paire d’arrières qui attaquent beaucoup le cercle et créent donc des décalages, il pourrait se montrer très utile en « catch-and-shoot » et apporterait un peu de variation à l’attaque de Portland, qui risque sinon de se résumer au duo Lillard – Simons et à Jusuf Nurkic dans la peinture, si ce dernier reste.

Sa durabilité physique pose question, et les Blazers peuvent être refroidis par ce point, après l’échec Greg Oden et la frustration de la fin de la carrière de Brandon Roy. Mais son plafond demeure élevé. En septième position, il peut être un « steal » s’il réussit à exploiter pleinement son potentiel.

Les alternatives : Dyson Daniels

Les Blazers ont certes besoin d’un ailier fiable, mais ils ont aussi et surtout besoin de défense. Aussi doués en attaque que limités de l’autre côté du terrain, Damian Lillard et Anfernee Simons pourraient ainsi voir d’un bon oeil le recrutement de Dyson Daniels, un des meilleurs défenseurs extérieurs de la cuvée 2022.

En sortie de banc, ou associé au « backcourt » titulaire dans une configuration à trois arrières, l’Australien apporterait une présence rassurante en défense. Son jeu offensif est encore en construction, mais ce n’est vraiment un problème car la franchise ne le sélectionnera pas pour ça : Damian Lillard et Anfernee Simons seront là pour marquer les paniers.

En tout cas, l’intéressé semble bien intéressé par Portland…

Le choix : Bennedict Mathurin
(20 ans)

Après un formidable exercice 2021/22, ponctué par une série honorable face aux Suns en playoffs, les Pelicans doivent, et peuvent capitaliser durant l’intersaison. Ce huitième choix, acquis par le club dans le transfert d’Anthony Davis en 2019, va permettre de sélectionner un des meilleurs joueurs de la cuvée 2022.

On mise sur Bennedict Mathurin, l’explosif arrière d’Arizona. Scoreur athlétique, adroit de loin et qui a montré un potentiel certain dans la création de son tir, le Canadien peut être un renfort de poids sur le banc des Pelicans. Puissant et aérien, il aime les finitions en altitude au cercle après une course en transition : un trait de son jeu qui collerait très bien avec le tempo offensif élevé de la troupe de Willie Green.

Les alternatives : Johnny Davis, Dyson Daniels, un échange

Toujours dans le profil de l’arrière scoreur, Johnny Davis ferait sens pour les Pelicans. S’il est moins aérien et adroit derrière l’arc que Ben Mathurin, l’ancien Badger serait toutefois précieux sur demi-terrain, grâce à son jeu offensif développé à mi-distance.

Dyson Daniels serait le choix de la défense, pour donner un coup de main à Jose Alvarado, vaillant mais limité physiquement, alors que des arrières comme CJ McCollum et Devonte’ Graham ne sont pas réputés de ce côté du terrain. Enfin, un échange n’est pas forcément à exclure. Comme on l’a dit, les Pelicans visent le succès immédiat après une saison réussie, et peut-être que le développement d’un jeune n’est pas dans les plans de la franchise.

Le choix : Jalen Duren
(18 ans)

Pas assez bons pour viser mieux que le « play-in », pas enclins à basculer dans une stratégie totale de « tanking », les Spurs sont à la croisée des chemins. La jeune garde du club est talentueuse, mais aucun joueur ne semble avoir un plafond remarquablement élevé, même si Dejounte Murray a signé une saison All-Star de très grande qualité.

Il est donc peut-être l’heure pour les Spurs de miser sur le potentiel à la Draft. La sélection de Josh Primo à la douzième position de la Draft 2021, alors que l’arrière canadien a encore beaucoup de travail, allait en ce sens.

Cette année, on imagine une stratégie similaire, qui mènerait tout droit à Jalen Duren. À ce stade de la Draft, le musculeux pivot de 18 ans n’est pas le meilleur joueur disponible à l’instant T, mais il possède certainement le plus gros potentiel. Énorme athlète au potentiel défensif immense, il a besoin d’un cadre solide pour se développer et atteindre pleinement son meilleur niveau : difficile de trouver meilleur cadre que celui des Spurs pour y parvenir.

Surtout que la culture des intérieurs développés en interne est forte chez les éperons. N’est-ce-pas, David Robinson et Tim Duncan ?

Les alternatives : Jeremy Sochan

Si les Spurs sont trop frileux à l’idée de miser sur le potentiel à long terme de Jalen Duren, on les imagine bien choisir Jeremy Sochan et ses fondamentaux « NBA ready ». L’ailier « freshman » à Baylor la saison passée est un joueur qui va sûrement atteindre rapidement son plafond : comme un certain nombre de joueurs sélectionnés par les Spurs à la Draft ces dernières années…

Mais il n’en demeure pas moins un choix sûr, qui va surtout briller en défense. Un profil toujours utile.

Le choix : Dyson Daniels
(19 ans)

Les Wizards ont de quoi faire en attaque, avec Bradley Beal, Kyle Kuzma, Kristaps Porzingis ou encore Kentavious Caldwell-Pope et Corey Kispert derrière l’arc. En revanche, après une saison bouclée avec la sixième plus mauvaise évaluation défensive de la ligue, ils ont bien besoin d’un défenseur. Ce qui le rend la sélection de Dyson Daniels plutôt pertinente.

Dans cet effectif dont le seul intangible sur les lignes arrières est Bradley Beal, l’Australien a une carte à jouer, voire peut-être même une place de meneur titulaire à sécuriser. Sa présence pourrait aider à « cacher » l’arrière All-Star, trop souvent ciblé à cause de sa défense passive.

Les alternatives : Tyty Washington Jr.

Les Wizards ont un deuxième besoin majeur : un créateur. L’expérience Spencer Dinwiddie était infructueuse la saison passée, et le seul Bradley Beal ne suffit pas à faire tourner l’attaque du club. L’escouade du District de Columbia serait avisée de mettre la main sur un porteur de balle secondaire : Tyty Washington Jr. est capable de tenir ce rôle.

Créatif sur « pick-and-roll » mais parfois sous-utilisé par John Calipari à Kentucky au cours de la saison écoulée, le meneur pourrait s’éclater chez les Wizards, dans une attaque espacée, avec un pivot capable aussi bien d’écarter le jeu que de profiter de sa taille au poste bas, et des extérieurs qui n’ont pas peur de déclencher derrière l’arc.

Le choix : Johnny Davis
(20 ans)

Après une saison 2021/22 très décevante alors que le club avait l’avantage du terrain en playoffs la saison précédente, les Knicks doivent faire quelques ajustements pour retrouver des couleurs l’an prochain. Parmi les gros problèmes de Tom Thibodeau et sa troupe l’an dernier : une attaque souvent statique et grippée.

Ce onzième choix devrait donc logiquement servir à recruter un bon attaquant. Qui peut être Johnny Davis. Scoreur sur gros volume avec Wisconsin la saison dernière (19.7 points sur 15.9 tirs), l’arrière changerait naturellement de rôle à New York, mais il apporterait de la profondeur au banc de « Thibs ».

Excellent à mi-distance et finisseur fiable au cercle, il saura se débrouiller en attaque. En défense, il est coriace et n’aurait aucun mal à se mettre l’exigeant coach des Knicks dans sa poche.

Les alternatives : Tyty Washington Jr.

Les Knicks peuvent aussi continuer à piocher dans le réservoir Kentucky, qu’ils connaissent bien. Le choix de Tyty Washington Jr. ne serait pas dénué de sens, même si le meneur ferait finalement doublon avec Immanuel Quickley, sur lequel les Knicks comptent clairement.

Mais sa maitrise du « pick-and-roll » serait un renfort utile à l’attaque des Knicks, qui a sévèrement manqué de créativité l’an passé.

#12 OKLAHOMA CITY THUNDER

Le choix : Jeremy Sochan
(19 ans)

Beaucoup de pistes envisageables pour le Thunder avec ce douzième choix. On fait le choix de la sécurité avec Jeremy Sochan, après le choix du potentiel en deuxième position avec Jabari Smith Jr. L’ailier-fort passé par Baylor a tout du futur « role player » de luxe, grâce à son activité défensive et sa marge de progression en attaque.

En sortie de banc, il peut être immédiatement un joueur d’impact dans la rotation de Mark Daigneault.

Les alternatives : Ousmane Dieng

Si le Thunder veut à nouveau miser sur le potentiel, Ousmane Dieng est une cible logique. L’ailier français a un plafond élevé, mais il est encore loin de l’atteindre car son développement personnel n’est pas terminé.

Dans une équipe qui reconstruit et qui prend le temps de faire jouer ses jeunes, il pourrait se développer sans pression et sans brûler les étapes.

Le choix : Mark Williams
(20 ans)

Le poste de pivot est un point faible des Hornets depuis plusieurs années, et Mark Williams pourrait enfin apporter de la stabilité. En défense déjà, le besoin le plus urgent du club. L’ancien Blue Devil est un solide protecteur de cercle et apporterait une présence défensive verticale que la franchise n’a pas eu depuis… Alonzo Mourning ?

En attaque, la projection de Mark Williams fait aussi sens. Sur « pick-and-roll », il est le profil parfait du pivot à associer à LaMelo Ball : des bonnes mains près du cercle, un tir prometteur à mi-distance, et surtout de la verticalité pour attraper les lobs en haute altitude du chef d’orchestre des Hornets.

À la manière de Trae Young et Clint Capela à Atlanta, les deux joueurs peuvent former un des duos meneur – pivot les mieux connectés de toute la ligue.

Les alternatives : Tari Eason

Défenseur polyvalent, Tari Eason serait également un choix malin de la part des Hornets. Même si, à l’inverse de Mark Williams, il évolue sur un poste bouché en Caroline du Nord, puisque Miles Bridges, Gordon Hayward, Jalen McDaniels, Kelly Oubre Jr. et PJ Washington Jr. se partagent déjà les minutes sur les postes 3 et 4…

Le choix : Malaki Branham
(19 ans)

Avec cet ultime choix de la « lottery », les Cavaliers ont plusieurs options.

On fait le choix du potentiel de Malaki Branham. Natif de Columbus dans l’Ohio, « freshman » à Ohio State, l’arrière est un local de l’étape que les Cavaliers surveillent depuis plusieurs semaines. Réputé pour ses qualités de scoreur et notamment sa capacité à se créer son tir en sortie de dribble, il serait un bel ajout au jeune et ambitieux effectif déjà bien en place à Cleveland, qui ne vise que les playoffs l’an prochain après un échec frustrant au « play-in » en avril.

S’il ne correspond pas vraiment à ce profil de créateur pour les autres en sortie de banc, que les Cavaliers convoitent tant en relais de Darius Garland, il serait tout de même un porteur de balle secondaire utile car il peut scorer aisément. À terme, avec l’expérience, peut-être peut-il même se muer en distributeur.

En tout cas, le talent offensif est excitant, et le plafond est élevé. De quoi faire craquer des Cavaliers qui pourraient bétonner leur banc avec ce jeune scoreur.

Les alternatives : Tyty Washington Jr.

Avec le dernier protégé de John Calipari, les Cavaliers tiendraient leur créateur en sortie de banc. Dans la lignée des arrières passés par Kentucky, Tyty Washington Jr. est un joueur inspiré sur « pick-and-roll », capable aussi bien de se créer un tir en sortie de dribble que de lâcher le cuir pour un coéquipier.

Il n’est pas un athlète de premier ordre, donc il joue à son rythme, en maitrise. On l’image facilement comme sixième ou septième homme de cette ambitieuse équipe de Cleveland, dès sa saison rookie.

Le choix : Ochai Agbaji

Arrière | 1m96 | 98kg | Kansas (35 minutes)

18.8 points, 5.1 rebonds, 1.6 passe

+ Le potentiel de « 3-and-D »

+ L’expérience

− La création

Le choix : Tyty Washington Jr.

Meneur | 1m91 | 90kg | Kentucky (29 minutes)

12.5 points, 3.5 rebonds, 3.9 passes, 1.3 interception

+ La maitrise du « pick-and-roll »

− Des limites physiques en défense

Le choix : Ousmane Dieng

Ailier | 2m08 | 98kg | NZ Breakers (20 minutes)

8.9 points, 3.2 rebonds

+ Le potentiel de « point-forward »

+ Capable de créer son tir

− L’efficacité aux tirs

− La défense loin du ballon

Le choix : Tari Eason

Ailier-fort | 2m03 | 98kg | LSU (24 minutes)

16.9 points, 6.6 rebonds, 1.9 interception

+ Polyvalent en défense

+ Athlète imposant au cercle

− Stabiliser la mécanique de tir

− Beaucoup de fautes bêtes

#19 MINNESOTA TIMBERWOLVES

Le choix : Dalen Terry

Arrière | 2m01 | 88kg | Arizona (28 minutes)

8 points, 4.8 rebonds, 3.9 passes

+ Un défenseur alerte qui ne baisse jamais sa garde

+ Le tir à 3-points en « catch-and-shoot »

− La création du tir

Le choix : Jalen Williams

Arrière | 1m98 | 88kg | Santa Clara (35 minutes)

18 points, 4.4 rebonds, 4.2 passes

+ Le tir, en réception ou sortie de dribble

+ Un bon passeur

− La finition au cercle

Le choix : Jaden Hardy

Arrière | 1m93 | 90kg | G-League Ignite (32 minutes)

17.1 points, 4.6 rebonds, 3.2 passes

+ Un scoreur trois niveaux

− L’efficacité aux tirs

Le choix : Kennedy Chandler

Meneur | 1m83 | 78kg | Tennessee (31 minutes)

13.9 points, 3.2 rebonds, 4.7 passes, 2.2 interceptions

+ Un porteur de balle rapide et percutant 

+ La création

− Le tir extérieur 

− Déficit de taille

Le choix : Kendall Brown

Ailier | 2m03 | 93kg | Baylor (27 minutes)

9.7 points, 4.9 rebonds, 1.9 passe

+ Athlète aérien qui finit bien au cercle

+ Potentiel défensif

− Le tir extérieur 

Le choix : Walker Kessler

Pivot | 2m16 | 111kg | Auburn (26 minutes)

11.4 points, 8.1 rebonds, 4.6 contres

+ Protection élite du cercle

+ Un bon toucher près du cercle

− Manque d’explosivité 

Le choix : Nikola Jovic

Ailier | 2m08 | 93kg | KK Mega Soccerbet (28 minutes)

12 points, 4.8 rebonds, 3.7 passes

+ La vista à l’européenne sur « pick-and-roll » 

+ Brille en transition 

− Effort défensif irrégulier

− Tir extérieur

Le choix : Blake Wesley

Arrière | 1m96 | 84kg | Notre Dame (29 minutes)

14.4 points, 3.7 rebonds, 2.4 passes

+ Potentiel de scoreur trois niveaux

+ Défenseur athlétique

− Précipitation en attaque

Le choix : Wendell Moore Jr.

Ailier | 1m96 | 97kg | Duke (34 minutes)

13.4 points, 5.3 rebonds, 4.4 passes

+ Potentiel de « 3&D »

+ Bon passeur

− Passivité et choix douteux

#28 GOLDEN STATE WARRIORS

Le choix : Andrew Nembhard

Meneur | 1m96 | 88kg | Gonzaga (32 minutes)

11.8 points, 3.4 rebonds, 5.8 passes, 1.6 interception

+ Un chef d’orchestre sur « pick-and-roll »

+ L’expérience Gonzaga 

− Athlète moyen sur un poste clé

Le choix : MarJon Beauchamp

Ailier | 1m98 | 90kg | G-League Ignite (36 minutes)

15.1 points, 7.3 rebonds, 2.3 passes, 1.6 interceptions

+ Attaquant athlétique qui finit au-dessus du cercle

+ Les rebonds

+ Défenseur hargneux

− L’efficacité du tir extérieur 

#30 OKLAHOMA CITY THUNDER

Le choix : Patrick Baldwin Jr.

Ailier | 2m03 | 93kg | Michigan (32 minutes)

10.1 points, 4 rebonds, 1.4 passe

+ Tir extérieur prometteur

− Efficacité aux tirs et pertinence des choix

− Durabilité physique

Leave a Reply

x
%d bloggers like this: